Intervention du groupe Renouveau Bordeaux Métropole

Le Groupe Renouveau Bordeaux Métropole soutient la démarche nécessaire et urgente de se doter d’outils efficaces à même de protéger le patrimoine arboré de la métropole et cela en préalable à l’opération ambitieuse lancée cette semaine, de planter au cours des prochaines années 1 million d’arbres sur le territoire.

La stratégie de la métropole est à ce jour principalement axée sur le patrimoine arboré avec deux leviers : protéger les arbres existants, planter de nouveaux arbres. Pour autant, l’outil qui nous est proposé aujourd’hui nous interpelle.

Le règlement de protection des arbres ne couvre que les arbres publics à l’occasion de chantiers ou de manifestations dans l’espace public. Sa portée est donc très limitée, d’autant plus qu’il ne s’agit que de simples « recommandations techniques et de pédagogie préventive ».

Il apparaît en outre que ce règlement est un « copié-collé » du règlement de protection des arbres adopté l’an dernier par la ville de Bordeaux. Cela questionne également : quel retour d’expérience en a été fait ? Quelle communication pour répondre à cette exigence de pédagogie et de sensibilisation ?

Nous regrettons que face à cet enjeu majeur, la stratégie de la métropole n’ait pas été plus ambitieuse.

Les espaces boisés classés, les arbres remarquables, sont encore répertoriés de façon limitée. La métropole aurait pu saisir cette occasion pour initier ou annoncer un objectif d’extension des espaces de protection.

De plus, il y a un grand absent : le patrimoine arboré privé de la métropole qui représente 75% de la trame arborée. N’était-ce pas le moment de s’engager clairement sur la protection et la valorisation de tous les arbres y compris ceux du domaine privé ? Rien n’a été dit sur de possibles évolutions du PLU en la matière.

Il ne faut pas seulement enclencher un processus, nous aurions pu aujourd’hui prendre des engagements forts pour une révision au moins partielle du PLU sur ces aspects qui passerait par un répertoire des arbres dans chaque commune, une classification à différents niveaux pour intégrer par exemple des valeurs ornementales ou écologiques des arbres afin d’imposer un niveau de protection et d’entretien adéquat.

Le tout doit être accompagné d’une politique de communication et de sensibilisation auprès du grand public mais également d’incitation à entretenir et valoriser leur patrimoine végétal ou arboré.